Magasins dans toute la Belgique Expert en jardin et animaux Conseils professionnels adaptés à vos besoins Large gamme de produits de qualité
Pic épeiche

Le pic

Le pic épeiche est le pic le plus commun en Belgique. Il attire l’attention avec son plumage noir et blanc et son pantalon rouge.

Comment reconnaît-on un pic épeiche ?

  • Le haut du corps noir avec 2 grandes taches blanches ovales sur les épaules
  • Un ventre blanc pur, des flancs sans rayures
  • Un pantalon rouge vif (zone anale)
  • Le dessus de la tête est noir, l’arrière est rouge chez les mâles (noir chez les femelles)
Bon à savoir ! Une promenade en forêt au petit matin, entre début février et mi-avril, devrait vous permettre d’apercevoir un pic épeiche en train de marteler ou de crier. Les chances de voir l’oiseau sont aussi plus élevées avant le développement des feuilles.

Quel bruit fait le pic épeiche ?


Comment l’attirer dans votre jardin ?

  • Le pic épeiche mange surtout des insectes (larves).
  • À l’automne, le pic épeiche bascule d’un régime insectivore à un menu composé de noix et graines (surtout des graines de pommes de pin, des noisettes, des noix, des faînes et des graines de charme). Si vous avez des pins, des noisetiers ou des noyers dans votre jardin, vous pourriez bien recevoir la visite d’un pic épeiche.
  • C’est aussi un visiteur régulier des mangeoires en hiver.
  • En été, il lui arrive de dérober des oeufs et de jeunes oiseaux dans des nids.
  • Le pic épeiche est friand de boules de graisse. De la graisse étalée sur de l’écorce brute ou suspendue dans une demi-noix de coco remportera un franc succès.
  • Les arachides non salées sont aussi très appréciées, surtout si elles sont cachées dans un bloc de bois percé de quelques trous.


Bon à savoir ! Le pic épeiche nidifie rarement dans des nichoirs (il préfère se creuser son propre trou).

Où vit-il ?

Le pic épeiche vit dans tous les types de forêts : de feuillus, de conifères ou mixtes. Un habitat forestier varié (avec des arbres jeunes et anciens, des zones denses et dégagées) sera privilégié. Il n’est toutefois pas cantonné à la forêt. Un paysage transformé par la main de l’homme, avec de petits bosquets, des lignes d’arbres, des parcs et des jardins, lui convient également. La quantité de bois mort debout est surtout importante.

Comment se reproduit-il ?

Le pic épeiche se creuse une cavité de nidification dans les arbres. Il préfère généralement les essences tendres (comme le bouleau), bien que d’autres essences conviennent aussi pour y creuser un orifice avec un trou rond. La découpe d’une telle cavité dure en moyenne entre 14 et 25 jours et est réalisée aussi bien par le mâle que par la femelle. Le même trou est souvent utilisé plusieurs années de suite. Les oeufs sont pondus dans le nid sur le bois lui-même, le pic épeiche ne prévoit aucun aménagement pour les jeunes en termes de confort.

Pic épeiche

Anecdotes sur le pic épeiche

  • Le pic épeiche, comme la plupart des autres pics, est capable de frapper un arbre avec son bec à une vitesse de 7 mètres par seconde.

  • Cela ne lui cause pourtant aucun mal de tête ni aucune lésion cérébrale. Le crâne des pics comporte en effet plusieurs singularités. Ils ont ainsi relativement peu de liquide cérébro-spinal, ce qui limite l’impact des vibrations créées lors du battement, via ce liquide, sur le cerveau. En outre, un os spongieux est situé entre le bec et le front de l’oiseau. Cette couche de protection amortit la plupart des vibrations, qui n’atteignent donc pas le cerveau.

  • Le pic épeiche peut parfois réduire des nichoirs en morceaux. Il mange régulièrement des oeufs ou des oisillons et essaie de se frayer à coups de bec un passage jusqu’à la source de nourriture. Certains spécimens se spécialisent dans le pillage de nids d’hirondelles : ils détruisent le nid de boue pour accéder aux oeufs ou aux petits.

  • Selon la croyance populaire, le cri du pic annonce de la pluie. Le bref « cui-cui » du pic épeiche peut en effet aussi se comprendre comme « pluie ! pluie ! ».

  • À l’instar des grives musiciennes, les pics épeiches ont aussi des « forges ». Les pommes de pin sont souvent serrées dans une même crevasse dans l’écorce d’un arbre, pour ensuite en extraire les graines à coups de bec. Une grande quantité de pommes de pin vidées peut ainsi s’accumuler sous une telle crevasse de prédilection (l’enclume).

  • Certains des surnoms du pic épeiche sont eksterspecht, boomklopper et steenspecht.

  • Quand les toits étaient encore partout hérissés d’antennes de télévision, certains pics ont découvert que les boîtiers métalliques de ces antennes formaient de parfaites caisses de résonance pour leur martèlement. Au grand désarroi des habitants des maisons concernées : une séance de tambourinement d’un pic leur faisait l’effet d’un marteau piqueur à l’oeuvre sur leur toit.
Vous avez encore des questions ou vous souhaitez voir notre assortiment en magasin ? Vous êtes toujours le bienvenu chez Horta pour trouver l'inspiration et des conseils professionnels adaptés à vos besoins.